Publié le
28 mars 2022
Analyse, critique ou billet de blog de l'auteur

Le Festival du cinéma québécois de Blois (1991-1996)

La belle mais trop courte histoire du premier festival de cinéma québécois à l’étranger.

"Nous sommes à la fin des années 1980. J'enseigne l'Histoire dans un lycée et je suis critique de cinéma. Je parle du 7ème art dans une radio libre et écris dans quelques journaux. Mes engagements politiques de jeunesse m'ayant donné l'occasion d'organiser des concerts et autres manifestations culturelles, je pense avoir les compétences pour fonder un festival.

 

Il reste à trouver le thème, le lieu et la date. Le déclic se déroule au Festival de Douarnenez. Je me rends dans cette manifestation estivale, alors très liée à la mouvance indépendantiste bretonne. La manifestation est consacrée aux cinémas des minorités nationales et chaque année se concentre sur une partie du monde en lutte pour davantage d'autonomie. Je découvre que la première édition, en 1978, s'est intéressée au cinéma québécois. Je m'étais rendu à deux reprises dans ce que l'on appelait encore la Belle Province. Une première fois à la fin des années 1970 pour la découvrir et pour faire un reportage sur le mouvement écologiste québécois pour l'hebdomadaire La Gueule ouverte (une émanation écolo de Charlie Hebdo). Une deuxième fois, au début des années 1980, à l'occasion d'une assemblée mondiale des radios communautaires qui s'était tenue à Montréal. A chaque fois, j'en avais profité pour visionner quelques productions locales souvent de qualité. Cette curiosité pour cette cinématographie s'était poursuivie à Paris au gré des sorties en salles. Mais, depuis quelques temps, les films québécois étaient devenus rares sur les écrans français. Je formule alors deux hypothèses : soit le Québec ne réalise plus de films, soit il en produit toujours, mais les distributeurs hexagonaux les ignorent. Je vérifie et heureusement, c'est la seconde proposition qui est la bonne. Je contacte alors la Délégation générale du Québec à Paris pour savoir si un tel projet pourrait les intéresser. Roger Bordeaux qui est alors chargé de la culture à la Délégation, se montre enthousiaste. J'ai mon sujet et un début de financement

 

Il faut maintenant trouver une ville. Je sais que c'est impossible dans celle où j'habite, Paris. La concurrence culturelle y est trop forte et il faudrait des moyens considérables pour faire connaître la manifestation. Ne voulant pas m'éloigner trop de la région parisienne et sachant que les professionnels du cinéma privilégient les zones touristiques, je me retrouve très vite à devoir arbitrer entre la Côte normande et la Vallée de la Loire. La Normandie, par ses liens historiques avec le Québec (beaucoup des fondateurs de la Nouvelle France venaient de cette région et des centaines de soldats canadiens sont morts sur les plages de Dieppe pendant la Seconde Guerre mondiale) semblait le choix le plus évident. Mais la présence du Festival du cinéma américain à Deauville me fait hésiter. Sur les bords de la Loire, il y a trois villes importantes : Orléans, Tours et Blois. Les deux premières citées ont déjà un festival de cinéma. Je décide donc de contacter la mairie de Blois. Je suis un peu inquiet par l'identité du nouveau maire qui n'est autre que Jack Lang qui est alors ministre de la culture. Je ne suis pas socialiste et crains que l’on pense que j'ai choisi cette ville par intérêt. Heureusement, Antoine Favron, l'adjoint à la culture de la mairie de Blois que je rencontre, m'apprend que la nouvelle municipalité souhaite organiser un festival dans cette ville où il n'y en a pas. Va pour le Québec. D'un commun accord avec la mairie et après avoir étudié le calendrier des manifestations locales et celui des festivals de cinéma en France, nous décidons d'opter pour le début du mois d'octobre. La première édition est fixée du 9 au 13 octobre 1991...

 

Il a fallu plus de deux ans de recherches et de démarches pour faire aboutir ce projet. A l'origine, la majorité du financement vient du Québec. J'ai eu aussi la chance de nouer un partenariat avec Air Transat qui m’offre chaque année quelques dizaines d’allers et retours Montréal-Paris. Cela me permet de faire venir des invités québécois en nombre : réalisateurs, acteurs, producteurs mais aussi critiques de cinémas. Avec les officiels, distributeurs et les journalistes français, c'est près d'une centaine d'invités qui participent à la manifestation. D'emblée, je l'ai voulu ambitieuse dans son contenu. Non seulement sont programmés une quinzaine de longs métrages récents (2/3 fictions, 1/3 documentaires), autant de courts métrages, mais aussi des créations vidéos, une exposition de photos (la première est  signée par Daniel Kieffer qui deviendra le photographe du festival), des débats, une librairie dédiée au cinéma québécois (elle est tenue par mon ami Luc Abraham, un français, professeur de philosophie, installé de longue date au Québec), mais aussi une rétrospective intégrale, en sa présence, d'un cinéaste majeur. Nous commençons par le plus célèbre : Denys Arcand qui vient de signer deux énormes succès : Le Déclin de l'empire américain et Jésus de Montréal. L'ouverture de la manifestation me provoque des sueurs froides. Tout d'abord, deux heures avant le lancement, le projectionniste m'informe qu'il ne trouve pas la copie du film programmé, Le Party de Pierre Falardeau. Je la cherche partout, jusqu'au moment où Roger Bourreau m'informe qu'elle est dans le coffre d'une voiture. Ouf. La seconde montée d'adrénaline se déroule le lendemain. Après la projection du film d’ouverture, les invités se retrouvent pour un dîner au château de Blois, propriété de la mairie. A la table d'honneur me rejoignent Jack Lang, Charles Denis, le Président de la SOGIC (le CNC québécois, principal bailleur du Festival), Pierre Falardeau dont nous venons de voir le long-métrage devant une salle comble ainsi que son scénariste Francis Simard. Ce dernier, ancien membre du Front de Libération du Québec (FLQ), a passé onze ans en prison (Le Party se déroule entièrement derrière des barreaux) pour avoir été jugé coupable de l’assassinat en octobre 1970 du ministre Pierre Laporte. Un journaliste québécois m'informe le lendemain matin que Charles Denis était un proche de Pierre Laporte (ce que j'ignorais) et que j'avais fait dîner mon principal soutien financier avec un des hommes accusé d'avoir tué son ami. Heureusement, le dîner s'est déroulé sans incident...

 

Dès la première édition, grâce à une bonne publicité et à des tarifs attractifs, il y a du monde dans les salles. Ainsi, par exemple, un matin de la semaine,  plus de vingt personnes viennent voir On est au coton, un documentaire crypto-maoïste en noir et blanc de près de 3 heures. Mon ami Michel Coulombe, critique québécois et alors directeur des Rendez-vous du cinéma québécois qui se déroulent chaque hiver à Montréal et où je me rends pour faire ma sélection, me fait remarquer qu'il n'y aurait probablement jamais eu autant de monde pour voir ce film dans la métropole québécoise… Les projections se déroulent dans les trois salles du cinéma Les Lobis que je loue pour l'occasion. Elles sont situées juste en face de La Halle aux grains, Scène nationale et quartier général du festival où se trouvent une autre salle de projection, un restaurant, une salle d'exposition, la librairie, des installations vidéo, ainsi que nos bureaux. Et comme l'hôtel où sont logés nos invités est juste à côté du cinéma, tout peut se faire à pied en quelques minutes. Par contre, la logistique pour aller chercher les professionnels du cinéma québécois est plus lourde. Il faut les attendre à l'aéroport de Roissy à leur descente d'avion. Les transports se font en Safrane gracieusement prêtées par le garage Renault de Blois. Les chauffeurs sont, comme la plupart de mes assistants, des bénévoles choisis essentiellement parmi mes étudiants à l'université Paris 7 Jussieu où je suis enseignant au département cinéma. Comme je ne peux les rémunérer faute de moyens suffisants, je les invite chaque année à Montréal aux Rendez-vous du cinéma québécois. Je mets également à contribution mes proches. Ma compagne, Pascale Malaterre, artiste québécoise d’origine française, s'occupe de la section vidéo et anime les présentations officielles. Ma mère coordonne l'activité restauration et mon père celle des chauffeurs La première édition est un succès. Tant en termes de fréquentation qu'en nombre de retombées médiatiques. Il y a des dizaines d'articles dans la presse française et québécoise. Il y a eu toutefois un couac dans les journaux. Le lendemain de l'ouverture, le critique de cinéma de La Nouvelle République, le principal journal de la région, nous assassine. Je reçois alors un coup de fil d'un proche collaborateur de Lang qui m'informe que le maire-ministre est furieux. Je contacte immédiatement le journaliste que je ne connais pas pour lui demander pourquoi il nous attaque. Je comprends qu'il est fâché parce que la mairie de Blois a oublié de l'inviter au dîner d'ouverture. Nous ne l'oublierons évidemment plus jamais et il deviendra un important soutien du festival…

 

La deuxième année, c'est au tour de Gilles Carle de venir à Blois à l'occasion d'une rétrospective intégrale. Comme Denys Arcand et les autres personnalités "hommagées" les années suivantes, le réalisateur de La Vraie nature de Bernadette reçoit les insignes de Chevalier des Arts et Lettres remis par Jack Lang. Comme le maire n'est pas un spécialiste du cinéma québécois, c'est à moi que le cabinet du ministre demande de rédiger une note biographique sur le cinéaste qui va être décoré. Le jour de "l'épinglage", généralement avant la soirée d’ouverture du festival, j'attends Jack Lang devant la mairie. Je lui donne ma note, il la lit en montant les marches, je lui désigne l'heureux élu et à partir de là le numéro commence. Le maire-ministre sans jamais se tromper, énumère plusieurs titres de films du cinéaste en affirmant qu'ils l'ont marqués à jamais et que l'homme (ou la femme) qu'il va décorer est le plus grand créateur que la terre ait jamais porté. Du grand art. Cette année-là, parmi les œuvres récentes, j'ai retenu Léolo, le deuxième long-métrage de Jean-Claude Lauzon (ce sera aussi son dernier, puisque le cinéaste décéde quelques années plus tard dans l’accident d'un avion qu’il pilotait). J'ai l'idée de faire une soirée dédiée à ce créateur hors normes en présentant un double programme : Léolo et son premier film, Un zoo la nuit. Mais cela implique qu'il soit présent. On m'informe qu'il faut le contacter via un Lucius Barre, un agent résidant à New-York (une singularité pour un cinéaste québécois). Il se trouve que je connais Lucius que j'avais rencontré quelques années auparavant au Festival de Cannes. Je l'appelle et lui transmet l'invitation. Il reprend contact avec moi une première fois pour m’informer que ce serait peut-être possible si Lauzon partait de New-York. Cela ne m'arrange pas car les billets gratuits dont je dispose sont au départ de Montréal. Mais j'accepte. L'agent me rappelle peu après pour me dire que le réalisateur souhaite impérativement venir avec sa compagne. Je donne mon accord à cette nouvelle condition. Lors du troisième et dernier appel de Lucius, il m'informe, un peu gêné, que l'auteur de Léolo veut venir en France avec le Concorde. Au vu du  prix des billets sur ce vol supersonique, j'ai mis fin à nos échanges et Lauzon n'est jamais venu au Festival de Blois... Par contre, le producteur Rock Demers est bien présent pour présenter l'ensemble des Contes pour tous, des films pour enfants et jeunes adolescents qui font venir beaucoup de scolaires et de familles au festival.

 

En 1993, il y a une nouveauté dans le déroulement du festival. Jusqu'à cette date, j'ai refusé que l'on décerne des prix. Tout d'abord parce que la compétition n'est pas mon mode de fonctionnement, mais aussi parce que ces films ont déjà été mis en concurrence dans leur pays d'origine. Mais je constate que l'absence de prix nous prive de retombées médiatiques à la fin de la manifestation. Je décide alors de mettre sur pieds un prix du public en me disant que les distributeurs hexagonaux seraient sans doute intéressés de savoir ce que les spectateurs d'une ville moyenne française préfèrent comme film. Comme il faut donner un nom à la statuette remise au gagnant, j'ai l'idée de reprendre celui de l'animal qui figure à l'entrée du château de Blois : une salamandre, l'emblème de François 1er. Il y aura donc une Salamandre d'or. Elle sera réalisée avec beaucoup de talent par un créateur blésois. Je convaincs un de nos partenaires canadiens, Astral Communications, d'offrir trois copies 35mm au distributeur français qui acceptera de distribuer le film gagnant. C'est Le Sexe des étoiles de Paule Baillargeon qui remporte la première statuette. En 1993, nous présentons une rétrospective intégrale de deux réalisateurs aussi talentueux et adorables l'un que l'autre : le documentariste Jean-Claude Labrecque et le cinéaste d'animation Frédéric Back. Nous rendons également hommage à Francis Mankiewicz qui vient de décéder. Cette année-là et la suivante, je me rends à plusieurs reprises à Joliette, ville moyenne située au nord de Montréal où j’envisage de créer un festival de cinéma français au Québec. J’abandonne le projet quand je découvre que la municipalité qui souhaitait accueillir l’événement, n’a aucun budget pour cela et qu’elle me propose de démarcher les entreprises locales pour trouver du financement…

 

Si le festival connaît un succès grandissant auprès du public et des professionnels, il y a un domaine où son impact est moindre qu'espéré : la diffusion des films québécois en France. Quelques distributeurs viennent à Blois, mais les achats sont rares. Pour tenter d'améliorer la situation, en 1994, la SOGIC propose de reprendre immédiatement après le festival quelques-uns des longs-métrages récents à Paris. Je suis dubitatif, mais accepte la proposition. Le Cinéma des cinéastes, situé près de la Place Clichy, embarque dans l'aventure. Ni le public, ni les professionnels ne suivront et cette reprise devenue un mini festival à part entière après l'arrêt de Blois ne réussira jamais à s'imposer même quand il déménagera. Il migre sans plus de succès dans le prestigieux (et coûteux) cinéma Publicis, situé en haut des Champs-Elysées. Il se transporte enfin au Forum des images des Halles où, au bout de quelques années, les salles se remplissent quelque peu. C'est à ce moment que la SODEC (ex SOGIC) décida de tout arrêter... A ne rien y comprendre. Quelques acteurs français jouant dans des films québécois viennent nous rendre visite. C'est le cas cette année-là de François Cluzet qui débarque avec sa compagne de l'époque, Sandrine Kiberlain. Une autre célébrité française arrive le jour de l'ouverture : Jean-Pierre Léaud. Quelques jours plus tôt, il m'avait appelé en me disant : "Bonjour, je suis Jean-Pierre Léaud, l'acteur des films de François Truffaut". Après lui avoir répondu que je voyais bien qui il était, il m'explique qu'il aimerait rencontrer des cinéastes québécois pour pouvoir éventuellement tourner avec eux. Je l'invite donc au festival. Il est bien sûr à la table d'honneur lors de la soirée d'ouverture. Je me rends compte que l'acteur ne va pas bien du tout. Il ne parle pratiquement pas et son visage est agité de tics. Le lendemain, je ne le vois pas. Le surlendemain, je demande au directeur de l'hôtel s'il a des nouvelles. Il m'informe qu'il est parti la veille en disant qu'il allait trop mal pour rester. J'apprends peu après que l'interprète d'Antoine Doinel était, à cette époque, hospitalisé à La Borde, un centre psychiatrique ouvert situé non loin de Blois... Pour la première fois, nous rendons hommage à une réalisatrice : Léa Pool. Nous organisons également une rétrospective des films du cinéaste animalier Jean-Louis Frund. Autre nouveauté : nous projetons Le Secret de Jérôme de Phil Comeau, le tout premier long-métrage de fiction acadien. C'est Louis XIX, roi des ondes, une comédie de Michel Poulette qui remporte le prix du public.

 

L'année 1995 marque un tournant dans l'histoire du Québec et dans celui du festival. Le Parti québécois est revenu au pouvoir l'année précédente et a décidé de tenir un deuxième référendum sur la souveraineté à la fin octobre 1995. La SOGIC se transforme en SODEC et les libéraux qui la dirigeaient sont remplacés par des indépendantistes. Bien que très éloignés de mes options politiques, les dirigeants de la SOGIC, peu intéressés par le cinéma, n'étaient jamais intervenus dans mes choix de programmation. Tout juste, Robert Brisebois, numéro deux de l’organisme, s'était étonné une année que j'ai invité ce qu’il appelait des "Sauvages" pour accompagner des documentaires sur les Amérindiens. Je connais bien Pierre Lampron, le nouveau patron de la SODEC. Il a auparavant dirigé le bureau de Téléfilm Canada à Paris et, avec sa collaboration et celle d’André Pâquet, nous avons mis sur pied et programmé pour le centre Georges Pompidou la plus grande rétrospective du cinéma canadien  jamais organisée dans le monde. Pourtant un conflit va naître entre nous. Deux films récents consacrés aux actions du Front de Libération du Québec (Octobre, une fiction de Pierre Falardeau et La Liberté en colère, un documentaire de Jean-Daniel Lafond) sont sélectionnés. Et comme nous rendons hommage à Michel Brault, nous présentons également son chef-d'œuvre : Les Ordres. Je décide de présenter ces trois films sous un chapeau intitulé : "Octobre 1970, 25 ans après."  Immédiatement mon contact à la SODEC, Christian Verbert m'appelle pour me dire que cela leur pose problème. Ils craignent que les opposants à l'indépendance du Québec utilisent cet intitulé à quelques jours du référendum du 30 octobre 1995 pour discréditer le camp souverainiste. Je refuse de céder. C'est alors Lampron qui m'appelle et me met un énorme coup de pression. Je propose le compromis suivant : les films que j'ai retenus seront bien présentés, mais il n'y aura plus de chapeau évoquant Octobre 1970. Il est accepté et le festival se déroule sans problème. Je suis d'autant plus heureux de constater que c'est Octobre, l'œuvre très engagée de Falardeau, qui remporte la Salamandre d'or. Le film vu par près de 500 spectateurs lors de deux projections organisées pendant le festival, prend l’affiche quelques mois plus tard en France dans trois salles. A Paris, il n’a attiré que quelques centaines de spectateurs. Et dans la ville de Blois (45 000 habitants) où se déroulait le festival, il comptabilise 13 (treize) entrées en une semaine d’exploitation soit, en moyenne, moins d’un spectateur par séance ! Cela me conforte dans mon idée qu’un festival de cinéma est la meilleure façon de toucher un large public quand vous proposez des réalisations méconnues.

 

Lorsque s'ouvre la sixième édition du Festival du cinéma québécois de Blois, j'ignore que c'est la dernière. Pourtant quelques signaux auraient dû m'alerter. Politiques d'abord. En France, la droite dirigée par Jacques Chirac est revenue au pouvoir. De ce fait, Lang n'est plus ministre et le festival ne bénéficie plus d'un privilège qui a beaucoup contribué à sa réputation : la mise à disposition gratuite du château de Chambord (propriété de l’Etat, gérée par le ministère de la culture) pour notre dîner de clôture. Un écrin magique qui faisaient rêver tous nos invités québécois et français. Au Québec, le deuxième référendum vient d'être perdu de justesse (49,42% de «Oui»). Mais surtout le Canada et tout particulièrement sa province francophone sont frappés par une crise économique liée à une dette jugée trop élevée. Les coupes budgétaires sont importantes dans tout ce qui est directement ou indirectement financé par les différents paliers de gouvernement. Côté production cinématographique, c'est une année faible et le film qui remporte le prix du public, Les Feluettes de John Greyson est aujourd'hui largement oublié. La rétrospective de l'œuvre d'Arthur Lamothe, essentiellement composée de documentaires fait moyennement recette. Pour renforcer la programmation, je décide d'organiser un hommage à Claude Jutra à l’occasion du dixième anniversaire de sa tragique disparition et, le samedi soir, une nuit de la comédie québécoise avec petit déjeuner offert le dimanche matin pour les plus courageux. Elle connaît un important succès. D’ailleurs, année après année, le nombre de spectateurs augmente. En 1996, nous en sommes à 13 000 entrées en cinq jours... Et, pour la première fois, la majorité du financement est français.

 

Quelques semaines plus tard, je me rends à Montréal. Les responsables de la SODEC veulent me voir. Après m’avoir dit tout le bien qu’ils pensaient du festival et de son évolution, ils m’annoncent que pour des raisons budgétaires, ils souhaitent que le festival se déroule une année sur deux à Blois et que seule le petit volet parisien ait lieu chaque automne. Sachant que les collectivités et les entreprises qui nous financent en grande partie ont eux des budgets annuels et qu’une manifestation culturelle biennale n’est pas viable, je refuse. Sur le moment je suis amer. Surtout que les soutiens dans le milieu du 7ème art montréalais sont rares. Le festival s’éteint, une page se tourne. Ma déception s’efface et je réalise que cette expérience m’a beaucoup appris. J’ai continué à me passionner pour la cinématographie québécoise que j’ai enseigné pendant vingt ans à l’université Paris 7, j’ai pu commencer à travailler sur un doctorat consacré au Front de Libération du Québec dans la cinématographie québécoise et j’ai eu enfin le temps de m’investir de nouveau dans la politique. Ce qui me permit en 2001 de devenir conseiller de Paris, puis président du groupe écologiste. Et, mes mandats électifs terminés, d’être depuis plus de cinq ans chargé de la promotion du cinéma francophone dans le monde pour le compte de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF). Cela me permet de continuer d’aller une ou deux fois par an à Montréal pour y visionner des films. Et ma fille ainée, Laure, conçue pendant que se déroulait le Festival de cinéma québécois de Blois, rencontre une vingtaine d’années après la disparition de la manifestation, Guillaume Sapin. Ce dernier organise un festival de cinéma à Florac et cherche un pays à honorer pour sa prochaine édition. De là est né le festival Vues du Québec. D’autres rencontres m’ont permis de programmer chaque automne un autre festival de cinéma québécois à Biscarrosse et, depuis cette année, un événement consacré au cinéma francophone pour la jeunesse aux Mureaux."

 

En savoir plus :

https://www.liberation.fr/culture/1995/10/12/cinema-le-festival-a-donne-la-salamandre-d-or-a-pierre-falardeau-dont-le-film-revient-a-sa-maniere-s_147255/

https://www.erudit.org/fr/revues/images/1996-n81-images1079906/23463ac.pdf

 

Merci pour votre participation !

Abonnez-vous à notre newsletter