1-1-p20lacerjw9p3zp0r7jcev3g6xqycv2z4rvj4ntjpc

Le son des régions : entrevue avec Éric Morin, réalisateur de ‘Nous sommes GOLD’ et de ‘Chasse au Godard d’Abbittibbi’

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email

La semaine commence bien ! Pierre Audebert nous livre aujourd’hui une entrevue toute chaude, toute fraîche avec le réalisateur québécois Éric Morin dont la musique est une dynamique forte de l’oeuvre. Lancez-vous à sa découverte en visionnant ses longs-métrages ‘Nous sommes GOLD‘ et ‘Chasse au Godard en Abbittibbi‘, disponibles en VàD dans l’espace ciné-club jusqu’au 28 février prochain. Nous vous avons joint également en bonus son magnifique court-métrage ‘Opasatica‘. Bon cinéma !


“Découvert il y a peu avec l’édition en France de son premier long-métrage en dvd (aux éditions Montparnasse), Éric Morin est un gars en or. En deux films aux tons et colorations différentes, il fait souffler un vent nouveau sur le réalisme social à la québécoise. Un air tantôt pop, tantôt rock, plus lancinant à l’arrière goût métallique, mais toujours reste la belle écriture musicale. Ses films respirent aussi l’amitié et l’engagement, des films de bandes avec des bands abitibiens et d’ailleurs. Car l’homme et ses récits sont ancrés solidement dans un terroir local, même miné par une industrialisation dont les vents toxiques ont vu fleurir l’urgence culturelle de transformer ce cadre de vie. Attention, point de régionalisme ici bas, car sa base urbaine et montréalaise est toute aussi solide. Et puis, il a la langue bien belle, avec juste ce petit poil d’acidité que vous retrouverez ici dans son franc-parler. De quoi apprécier une recherche formelle remontée des profondeurs pour mieux s’en évader et comprendre pourquoi elle résonne jusqu’à nous si universelle…”

en entamant l’écriture de Nous sommes Gold, dès ma première version du scénario qui était très préliminaire, j’ai tout de suite contacté Philippe pour qu’il puisse commencer à composer la trame sonore simultanément, autant au niveau des textes que de la musique, parce qu’on avait des référents. C’était un peu comme de créer un nouveau groupe ! Là, on rendait plus hommage à nos goûts des années 70-80 un peu hard punk. On peut parler de Joy Division, des début de New Order, les balbutiements de Cure… Philippe B et moi sommes issus d’une petite ville minière du Nord du Québec, Rouyn-Noranda. J’ai assez vite réalisé que tous ces groupes qui étaient nos principales inspirations, moins pour l’esthétique que pour l’attitude, venaient eux-aussi de petites villes anglaises mono-industrielles et un peu sombres. J’ai compris alors pourquoi j’étais touché par cette musique là. Avec B, j’ai décidé qu’on allait se faire un groupe appelé Gold, un band fictif qui ne jouera peut-être jamais ensemble. Dès les premières versions que je lui ai envoyées, il a fait écho à ce scénario à travers les chansons et moi je pointais ensuite un morceau. […] – Éric Morin, extrait


Les derniers articles du blog

Les films de mai du CINÉ-CLUB

Avril se termine à peine, et notre ciné-club québécois se voit déjà enrichi de 5 nouvelles pépites du cinéma outre-Atlantique ! Que

mood_bad
  • Aucun commentaire pour le moment.
  • Ajouter un commentaire

    Merci pour votre participation !

    Abonnez-vous à notre newsletter