La presse en parle

CRITIQUES DE L'ÉPOQUE

Dans toute sa simplicité, Marie s’en va-t-en ville est surtout un film juste, réalisé prudemment par une jeune cinéaste consciente qu’un scénario solide est un précieux allié lorsque vient le temps d’aborder la mise en scène de long-métrage.

(Marcel Jean, Le Devoir, 10 octobre 1987, page C-7)


Marquise Lepage est une cinéaste qui sait qu’on ne fait pas un film pour battre des records de vitesse et elle connaît la musique des mots. Elle sait observer les gestes, épurer les dialogues et possède un talent certain pour la direction d’acteurs. La cinéaste sait également qu’au cinéma comme dans la vie, les objets qui circulent d’un corps à l’autre, de même que les gestes ou les actions posés, sont souvent (toujours) les relais du désir; ils expriment autrement ce que la parole, la bouche, n’osent exprimer.

(Linda soucy, 24 Images, Numéro 36, 1987)

    mood_bad
  • Aucun commentaire pour le moment.
  • Ajouter votre avis

    Abonnez-vous à notre newsletter