Biographie

Cet ancien journaliste entre à l'ONF en 1955 et travaille avec Bernard Devlin. Il y est tour à tour animateur (à l'écran), scénariste de films autour du monde du travail, réalisateur (une cinquantaine de films, à la fois courts et longs) , producteur (un peu moins de cinquante films), puis y devient responsable de la production française de 1960 à 1964 au moment de certains de ses plus beaux films (Golden gloves, Pour la suite du monde). Il s'y intéresse à tous les postes dont la caméra. Pour La canne à pêche, les frondaisons s'ouvrent devant La caméra de Michel Brault et immortalisent ce petit conte féministe avant l'heure. On retient Le festin des morts en 1965, film censuré de 17 minutes), le court Ça n'est pas le temps des romans (1967) sur la condition des femmes au foyer, Saint-Jérôme (1968), un des documentaires tournés au sein du Groupe de recherches sociales. il poursuit cette démarche avec un film scénarisé et interprété par treize habitants de Montréal (Tout le temps, tout le temps, tout le temps, 1969) et Comité d'expression populaire (1970). à partir de 1973, il travaille pour la télévision et y continue ce processus de création collective (Simple histoire d'amour, 1976). Il reviendra à la fiction en 1978 avec Thetford au milieu de notre vie, toujours basé sur des témoignages de mineurs et interprété par des comédiens amateurs. En 1994, L'autre côté de la lune est un documentaire sur la condition amérindienne.

Après avoir été l'un des premiers à s'interroger sur le processus de création filmique, Fernand Dansereau est aussi l'auteur de textes pertinents sur le cinéma. Son frère Jean et son fils Bernard sont également cinéastes. Il a présidé l'Institut Québécois du Cinéma et l'Institut National de l'Image et du Son. En 2005, le gouvernement du Québec lui a décerné le prix Albert Tessier pour l’ensemble de sa carrière. Il a aussi reçu le prix Hommage du Festival des films du monde en 2007 et le prix Jutra hommage en 2009.

Filmographie
  • 1956 : La Communauté juive de Montréal (c.m, doc)
  • 1958 : Pays neuf (m.m)
  • 1958 : Le Maître du Pérou (m.m)
  • 1959 : Pierre Beaulieu agriculteur (c.m)
  • 1959 : John Lyman, peintre (c.m)
  • 1959 : La Canne à pêche (c.m)
  • 1961 : Les Administrateurs (m.m, coréal Jacques Godbout)
  • 1962 : Congrès (c.m, coréal Jean Dansereau et Georges Dufaux)
  • 1965 : Astataïon ou Le festin des morts
  • 1966 : This Is No Time for Romance
  • 1966 : Ça n'est pas le temps des romans (c.m)
  • 1968 : Saint-Jérôme (doc)
  • 1969 : Jonquière (c.m)
  • 1970 : Tout le temps, tout le temps, tout le temps...
  • 1970 : Québec ski (c.m)
  • 1971 : Faut aller parmi l'monde pour le savoir
  • 1972 : Vivre entre les mots
  • 1973 : Contrat d'amour (c.m)
  • 1974 : Simple histoire d'amours
  • 1975 : L'Amour quotidien (téléthéâtre)
  • 1976 : Simple histoire d'amours
  • 1980 : Thetford au milieu de notre vie
  • 1982 : Doux aveux
  • 1994 : L'Autre Côté de la lune (doc)
  • 2001 : Quelques raisons d'espérer
  • 2005 : Solitudes (c.m)
  • 2006 : La Brunante
  • 2009 : Les Porteurs d'espoir
  • 2012 : Le Vieil Âge et le Rire
  • 2017 : L'Érotisme et le vieil âge
  • 2019 : Le Vieil Âge et l'Espérance (doc)
Sur les réseaux sociaux
Autre(s) entrevue(s)

Fernand Dansereau réfléchit à la fin, entrevue avec Jean-Philippe Cipriani dans L'actualité (2019)

"Vieillesse, tabous et cinéma : Fernand Dansereau se livre en 5 questions", entrevue avec Charles-Henri Ramond pour les Rendez-vous Québec Cinéma (2017).

Entrevue avec Léo Bonneville, revue Séquences (1982)