Bande-annonce
La presse en parle

"Le traitement cinématographique du récit est particulièrement intéressant : le cinéphile est en quelque sorte forcé d'épouser le point de vue du personnage principal puisque celui-ci est présent dans toutes les scènes du film. Cette focalisation interne est renforcée par la multiplication des plans-séquences assez longs qui donnent l'impression au spectateur d'embrasser les scènes dans leur ensemble, comme c'est le cas au théâtre. Plutôt que d'opter pour un montage serré et des coupes scéniques répétées, Bisaillon a préféré y aller avec des plans fixes et de lents mouvements de caméra. Cette façon de procéder confère à son film une lenteur qui suggère bien la montée graduelle de l'angoisse chez le personnage principal, mais elle a en même temps le défaut de donner un certain effet de statisme à l'ensemble. Mais il n'empêche : plus le film avance et plus on note une gradation dans la dégradation du personnage principal..." Chantal Gingras, La victime coupable, Le théâtre québécois contemporain n° 146

"Reconstruction d'époque parfaite, interprétation sobre et tension graduelle habilement installée sont autant d'atouts pour un thriller psychologique de belle facture." Charles-Henri Ramond, Films du Québec

"le jeu absolument fascinant de la frustration que joue La lâcheté est une expérience en soi, une manière extrêmement intéressante de vivre le cinéma. " Karl Filion, Cinoche

    mood_bad
  • Aucun commentaire pour le moment.
  • Ajouter votre avis