La presse en parle

"L'écriture volubile de Monia Chokri s'avère certainement l'une des forces de son premier film." Elizabeth Lepage-Boily, Cinoche

"Il suffit d’une séquence à Monia Chokri pour imposer son regard et son univers. " Renan Cros, Cinéma teaser

"...  de la comédie décalée, menée au rythme d’un montage syncopé et de dialogues mitraillette." Mathieu Macheret, Le Monde

"D'emblée, La femme de mon frère nous saisit par le rythme : plans souvent très serrés, caméra à l'épaule autant que fixe, montage cut, très rapide, avec quelques clins d'œil à la première Nouvelle Vague. On se retient presque de respirer." Lorenzo Ciavarini Azzi, France Tv info culture

"une première œuvre effrontée qui bouscule gentiment le spectateur dans sa captation lumineuse de personnages à la grise mine souvent forts attachants." Alexandre Blasquez, Cinémaniak

"... plusieurs éléments comiques (réussis!) donnent un rythme au film, qui parvient pourtant à conserver son sérieux, sa mise en scène classique et son impact." Miguel Plante, Ton canapé

"C’est mordant, souvent pertinent, parfois totalement gratuit, en tout cas très expressif." Charles-Henri Ramond, Films du Québec

"À un rythme virevoltant, la trentenaire enrubanne son auto-fiction d'un vernis d'ironie qui ne parvient pas tout à fait à masquer l'impitoyable mélancolie de son regard." Karelle Fitoussi, Paris match

"Non seulement, nous sommes peut-être en train de découvrir une cinéaste, mais nous sommes peut-être en train d'assister à l'avènement de la comédie québécoise de qualité. " Jean-Marie Lanlo, Cinéfilic

"On est dans un univers presque post-moderne, où le corps de la femme ne regarde personne d’autre que celle qui l’incarne. Une représentation qui devrait paraître normale et qui prend aujourd’hui la tournure d’un positionnement radical." Iris Brey, Cheek magazine

"...  un film pop, personnel et politique" Mathilde Blottière, Télérama