Polytechnique

20,00

de Denis Villeneuve (2009)

En colère contre les féministes, un jeune homme armé jusqu’aux dents s’introduit dans une polyvalente et tente de tuer le plus de filles que possible.

Pas démonstratif mais totalement glaçant. Un choc.

Mots-clés

En stock

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Description

Polytechnique raconte l’histoire de la tuerie de l’École polytechnique de Montréal, vécue par deux étudiants, Valérie et Jean-François, dont la vie a basculé après qu’un jeune homme se fut introduit dans l’école afin de tuer le plus de femmes possible avant de se suicider. Le film est basé sur les témoignages des survivants du drame survenu à la Polytechnique.

Informations complémentaires

Année

2009

Réalisateur

Denis Villeneuve

Production

Don Carmody I Maxime Rémillard I Karine Vanasse

Actrices, acteurs

Evelyne Brochu I Karine Vanasse I Maxim Gaudette I Sébastien Huberdeau

Durée

1h16

Langue

Français

Sous-titres

Français

Image

Noir et blanc I 16/9 compatible 4/3

Son

Dolby digital 5.1 I Stéréo 2.0

Editeur

Epicentre

Zone

Zone 2

Bonus

Entretien avec Denis Villeneuve

Galerie photos

Bande-annonce

Presse

“Filmé avec respect et sensibilité, Polytechnique est un film fort qui possède plusieurs plans magnifiques, procurés par une photographie en noir et blanc de premier ordre.” Charles-Henri Ramond, Films du Québec

“Le film ne tombe pas dans le piège de « l’hommage », et n’est pas cette lettre d’excuses aux femmes qu’on appréhendait. Il est plutôt ancré dans le réel, dans la mesure où les émotions dont il est saturé – et qui sont dues à une maîtrise technique du code cinématographique – pourraient s’appliquer à toutes les tueries et à tous les tueurs fous. Il n’y a pas de morts « pires » que d’autres; elles sont toutes d’une grande tristesse et c’est ce que le film, sobre et poignant, parvient à démontrer. ” Karl Filion, Cinoche

“Aux va-et-vient cosmiques d’Elephant, où l’orage des scènes d’ouverture et de fermeture métaphorisait la violence, et l’atome la structure éparse faite de croisements, d’accélérés et de ralentis, Polytechnique oppose une logique plus radicale, telle une maladie foudroyante.” Alexandre Jourdain, A voir alire

“Denis Villeneuve base sa mise en scène sur l’imprévisibilité du drame et insiste sur le poids qui pèse sur les survivants.” Jean-Luc Lacuve, Ciné-club de Caen

” Les cadres admirables de Pierre Gill emprisonnent les personnages dans l’engrenage de la tragédie, le travail sonore de Claude Beaugrand densifie l’atmosphère, la fluidité de la mise en scène et la précision du montage s’allient au choix judicieux du noir et blanc pour donner une œœuvre obsédante et trouble, aux accents symbolistes, où se crée une tension entre l’abstraction et la représentation qui génère une sorte de malaise physique chez le spectateur.” Marcel Jean, revue 24 images

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Polytechnique”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.