Laurentie

20,00

de Simon Lavoie et Mathieu Denis (2011)

Un jeune montréalais de 28 ans fait sa crise identitaire.

La québéssitude en question. Un film générationnel et douloureux.

 

Déconseillé aux moins de 18 ans

Mots-clés

En stock

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Description

Je m’appelle Louis Després, j’ai 28 ans. J’habite à Montréal, dans cette ostie de province de merde. Je ne sais pas ce que j’aime. Je ne sais pas qui j’aime. Je ne sais pas ce que je veux faire de ma vie. Je ne sais pas qui je suis.

Mais je sais pourtant que je ne suis pas cet Autre.

Cet Autre est beau, sa langue est belle et séduisante – mais je ne la parle pas. Il est entouré d’amis – je n’en ai pas. Il est heureux – je ne le suis pas. Depuis peu, cet Autre est mon voisin de palier. Sa présence à mes côtés, sa simple existence me rappellent sans cesse ma propre déchéance et m’apparaissent de plus en plus intolérables.

Je me sentirais tellement mieux s’il n’était pas là… Tellement mieux parmi les miens : fils et filles de la Laurentie.

Informations complémentaires

Année

2011

Réalisateurs

Mathieu Denis I Simon Lavoie

Production

Nancy Grant I Pascal Bascaron I Sylvain Corbeil

Actrices, acteurs

Emmanuel Schwartz I Eugénie Beaudry I Guillaume Cyr I Martin Boily I Jade Hassouné I Simon Gfeller I Erin Agostino

Durée

1h59

Langue

Français

Sous-titres

Anglais

Image

Couleur I 16/9

Son

5.1

Editeur

Funfilm

Zone

Toutes zones

Bonus

Commentaires audio des réalisateurs avec le critique Georges Privet,

Courts-métrages : Quelques éclats d’aube (Simon Lavoie)

Le silence nous fera écho (Mathieu Denis)

Presse

“La musique (sacrée) et la beauté des œuvres littéraires viennent agir comme des bouffées d’oxygène et dessinent en filigrane une lutte fantastique à finir entre la dépression que vit le Québec contemporain et la possibilité d’une ouverture vers un monde meilleur, un chemin que pourrait ouvrir l’art, porteur de vision.” in Louis et le Québec 28 ans après Le confort et l’indifférence, Sanshors-champ ni horizon de Philippe Gajan et Marie-Claude Loiselle, 24 images

“Un film destiné à choquer et à éveiller le public, en alertant sur des problématiques peu abordées…” Charles-Henri Ramond, Films du Québec

“Les longues scènes presque sans action visent à laisser des impressions, des empreintes sur les spectateurs qui ressassent toutes sortes d’émotions fortes.” Karl Filion, Cinoche

“Constitué de 28 plans-séquences d’une lenteur calculée, LAURENTIE atteste de la grande rigueur formelle de ses auteurs…” François Lévesque, Médiafilm

 

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Laurentie”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.